le site de l'ésotèrisme et de la voyance
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Bienvenue sur le nouveau Forum de "L'œil de la Voyance' avec votre Médium THIERRY BOUDRY Bientôt une émission en direct sur la radio FLAM FM du Lundi au Vendredi de 15 h à 16 h !


Partagez | 
 

 L'utilisation des cristaux dans la médecine ayurvédique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: L'utilisation des cristaux dans la médecine ayurvédique   Lun 16 Fév - 17:57

Il s'agit, comme pour la médecine chinoise, d'une forme de médecine globale qui ne traite pas uniquement les organes et leurs dysfonctionnements mais également les circulations de l'énergie et également des états psychiques particuliers, on pourrait donc affirmer que c'est une médecine qui traite le corps, le coeur et l'âme.
L'un des usages les plus significatifs de certains cristaux réside dans une méthode de diagnostic très particulier. Dans certaines conditions particulières de lumière qui sont parfaitement connues et décrites, le thérapeute observe le patient au travers d'un jeu de différents cristaux. Cette observation lui permet de déterminer quelles sont les éventuelles atteintes aux diverses couches protectrices du corps généralement nommées " aura " .

Tourmaline
La couleur des cristaux permet ainsi de mettre en évidence les excès et les défauts de ces couches ; le rouge correspond, par exemple, à la colère. Lorsque le patient de tendance colérique est observé au travers d'un rubis ou d'une spinelle son aura disparaît presque totalement et le contour du corps semble flou.
Il en va de même pour de nombreuses affections. Certains thérapeutes utilisent divers cristaux mais certains n'utilisent que du cristal de roche, dans ce cas l'aura affectée disparaît alors des couleurs de l'arc en ciel ou, au contraire, affecte la couleur originelle. Par conséquence il est alors possible de rééquilibrer ce patient grâce à la disposition de certaines pierres ou cristaux spécifiques sur des points ou zones énergétiques que sont les chakras ou certains points vitaux. La projection d'une lumière colorée sur ces points permet de rééquilibrer l'aura... donc la protection énergétique du patient.
Dans le même ordre d'idée on utilisait jadis des récipients en pierres précieuses afin de dynamiser des liquides comme de l'eau, de l'huile, du vin, de l'alcool ou des substances comme des onguents et même des aliments.
Dans une moindre mesure on peut également disposer des minéraux, des cristaux, voire des gemmes dans un récipient que l'on remplit alors du liquide qui servira au traitement.
Ce procédé était également utilisé en Chine, en Egypte, en Grèce, à Rome et jusqu'en occident. On relate le fait que dans l'antiquité des coupes taillées dans de améthyste évitaient l'ivresse. Une cruche de 12 cm taillée au XVIIe siècle et appartenant aux Habsbourg fut taillée dans une énorme émeraude et passait comme une protection contre le poison. Depuis on utilise plus volontiers des verreries colorées pour le même usage.

Turquoise
La pharmacie occidentale a longtemps conservé ce principe puisque l'éther était censé mieux se conserver dans un verre bleu ou violet tandis que l'eau oxygénée est toujours conservée dans un verre jaune ou brun... En dehors de ces usages que certains jugeront comme quelque peu ésotérique, la médecine ayurvédique, comme par ailleurs la médecine tibétaine, utilise fréquemment des pierres ou des minéraux broyés et parfois dissous dans le traitement d'affections spécifiques.
Ces deux formes médicales utilisent des "pilules d'or" qui sont, en fait, des composés complexes obtenus par de multiples opérations alchimiques très complexes. Ces pilules peuvent comporter jusqu'à une centaine d'ingrédients dont de nombreux minéraux... et souvent même des pierres précieuses et des métaux précieux.
L'un des médecins du Dalaï Lama était réputé pour avoir confectionné de telles pilules qui devinrent célèbres jusqu'en Chine. Les poudres de pierres précieuses étaient également utilisées dans le cadre de la magie des exorcistes, donc du traitement de certaines affections psychiatriques et ceci avec un effet qui fut constaté par des médecins occidentaux. Elles étaient généralement insufflées dans le nez du patient et provoquaient des pertes de conscience suivies d'une rémission. Mais, très souvent, il s'agit de " prescriptions magistrales " comportant de nombreux ingrédients autres que provenant du monde minéral. On note également l'utilisation de diverses huiles minérales obtenues par la distillation.
Une autre particularité de la médecine ayurvédique mais que l'on retrouve également en Afrique est l'utilisation de diverses terres comestibles utilisées à des fins de traitement ou de régime. Ces terres, souvent fortement argileuses, sont consommées soit dissoutes dans divers liquides soit purement et simplement ingérées après avoir été transformées en pilules, en boulettes ou en galettes et cuites. Une fois encore on peut leur adjoindre diverses substances minérales, végétales ou animales. Mais la plus grande spécialité de cette médecine demeure les huiles et les onguents obtenus par des procédés proches de l'alchimie et de la spagyrie et qui sont utilisés dans des massages spécifiques de points et de zones énergétiques. Ils peuvent comporter une très importante quantité de minéraux ou de cristaux transformés et qui, dans ce cas, sont très assimilables.
Ce procédé très particulier a été utilisé en occident dans le cadre de la médecine anthroposophique créée par Rudolf Steiner. Celui-ci considérait que les trois formes principales du monde minéral sont Sal ; Sulphur ; Mercur. Pour Sal le minéral s'oriente vers la terre, vers la matérialité, vers la pesanteur... et permet donc la restructuration. Dans l'état Sulphur, du phosphorique, il est, au contraire orienté vers la lumière, la chaleur, le cosmos et permet donc l'élévation. Entre les deux pour Mercur, il est souple, intérieurement liquide, accommodant et permet donc l'équilibre.
La médecine anthroposophique utilise donc fréquemment le cristal de roche, le fluorure de calcium, l'apatite, le soufre natif, la pyrite, la galène, le cuivre natif. Rudolph Steiner (1861 - 1925) peut passer pour un rêveur ou un idéaliste mais il fit, déjà à son époque, de nombreuses constatations quelque peu dérangeantes pour la science dite officielle et, partant, pour l'industrie pharmaceutique. Pour ne citer qu'un simple exemple il avait remarqué que le sucre industriel provoquait des caries... et ceci aucun dentiste ne peut le nier, mais que les dentifrices et soins de bouche présents sur le marché, et donc normalement conseillés pas ces mêmes dentistes, contenaient tous du sucre industriel et une pâte abrasive. En se brossant les dents consciencieusement le soir comme les médecins et dentistes le préconisent avec des dentifrices industriels on favorise donc simplement la formation des caries par abrasion de l'émail et transformation du sucre en acide lequel attaque l'ivoire ayant perdu sa protection. Si on pose cette question à un dentiste il hausse généralement les épaules d'un air agacé... et finit par préconiser l'usage beaucoup plus naturel du bicarbonate de soude.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'utilisation des cristaux dans la médecine ayurvédique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les cristaux dans la médecine ayurvédique
» la médecine ayurvédique
» Ayurveda - Médecine Ayurvédique
» reins et cristaux dans les urines
» contestation sur certaines médecine alternative

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'OEIL DE LA VOYANCE :: encyclopedie de la voyance :: Bien être et méditation-
Sauter vers: